Apport énergétique

La santé de l’animale et la précision de son alimentation au cours de la période de transition déterminent à quelle vitesse l’ingestion alimentaire et le contenu énergétique peuvent être optimisés après le vêlage !

Augmentation de la capacité d’absorption énergétique au pic de lactation

  • Augmentation de l’ingestion
  • Augmentation de la densité énergétique de la ration

Nourrir pendant la phase de transition

Alimentation transitoire ciblée pendant le tarissement jusqu’à 3 semaines avant vêlage

Idéalement, les vaches doivent avoir une NEC de 3,5 durant la phase de transition.

  • Début de la période sèche (Période Far-off)
    Il faut absolument éviter un apport énergétique excessif, car l’ingestion post partum est diminuée chez un animal surconditionné .
  • Alimentation préparatoire (période close-up, 2-3 semaines avant le vêlage)
    Outre des composants alimentaires de base de bonne qualité, il convient d’augmenter graduellement la teneur énergétique jusqu’à 3 kg de concentrés/vache/jour, d’une part pour couvrir l’augmentation des besoins de la vache à la fin de sa gestation et d’autre part afin de préparer la panse à une alimentation concentrée riche pp (66).
  • Alimentation d’ajustement (-3 semaines pp)
    Si possible pas de modification abrupte des composants alimentaires de base. La stimulation de l’absorption alimentaire est prioritaire dans la mesure où la vache tend vers un bilan énergétique et nutritionnel négatif en raison de sa faible capacité d’absorption alimentaire. Toutes les mesures de stimulation de l’absorption alimentaire ainsi que d’augmentation de la teneur énergétique doivent être progressivement mises en œuvre afin d’éviter une acidose ruminale chronique (ARSA). Les modifications apportées aux composants alimentaires de base ne doivent jamais intervenir de façon abrupte. Au cours de cette période, il convient de ne pas ajouter de graisses à l’alimentation car cela augmenterait encore le déséquilibre entre les vecteurs énergétiques glucogéniques et lipogéniques et réduirait l’absorption alimentaire.

Principales mesures de stimulation de l’absorption alimentaire

  • Composants alimentaires de base de bonne qualité
  • Augmentation lente et progressive de la teneur énergétique
  • Offre régulière d’une RTM fraîche
  • Structure fibreuse permettant une plus courte durée de rétention ruminale de l’alimentation (28)

Amélioration de la densité énergétique de la ration par :

  • apport d’amidon rumino protégé(5,25)
  • ajout de graisses (27) permettant de limiter le risque d’acidose ruminale

Mesures thérapeutiques en cas de cétose - alimentation

  • Administration de glucose par voie intraveineuse ou par l’eau de boisson.
    La substitution orale de grandes quantités de glucose (jusqu’à 2 kg/j) est bien tolérée par les animaux dans la mesure où le glucose est absorbé par l’épithélium de la panse (1,3) et notamment stocké sous forme de glycogène par les protozoaires de la panse (10). Le glycogène protozoaire est ensuite disponible pour l’animal comme source de glucose après la rumination.
    L’inconvénient, toutefois, est que le glycogène des protozoaires et des microorganismes de la panse n’est pas stable lorsqu’il est stocké. Cela entraîne d’importantes pertes énergétiques de même qu’une forte diminution de l’efficacité N (10).
  • Substances glucostatiques (propionate de sodium, propylène glycol, …)
  • Autres options thérapeutiques patentérales (glucocorticoïdes,

Augmentation de l’absorption alimentaire

  • Alimentationappétente, de bonne qualité (ajout d’arômes : huiles essentielles)
  • Conditionnement à un NEC de 3,5 ante partum (les animaux gras mangent moins après le vêlage)
  • Alimentation close-up ante partum (augmentation progressive de la teneur énergétique : jusqu’à environ 2-3 kg/j)
  • Alimentation d’ajustement post-partum (pas de modification abrupte des composants alimentaires de base, augmentation progressive de la teneur énergétique)
  • Optimisation de la structure fibreuse pour un passage rapide dans la panse et un risque d’acidose « maîtrisé » (peNDF> 8 mm env. 15 %)
  • Gestion sanitaire, prévention de la parésie post-partum !

Augmentation de la densité énergétique de la ration

  • Apport d’amidon protégédans la panse
  • Alimentation grasse (Graisse totale jusqu’à 5 % MS ; jusqu’à 7 % pour les graisses protégées)
    • Gezondheidsmanagement, preventie van melkziekte!

Augmentation de l’apport en glucose

  • Maïs
  • Sorgho
  • Orge (traitement par l’acide lactique, si nécessaire)
  • Blé traité à la soude (Sodagrain)

Remplissage de la panse

Le remplissage de la panse indique comment mange la vache. Vue de derrière, la panse doit former un renflement 45

Score 1

Côté gauche très affaissé ; la peau couvrant la protubérance diagonale de la vertèbre lombaire est enfoncée. Le pli de peau est clairement vertical vers le bas à partir de la hanche. Le creux de la panse derrière la côte est plus large que la main. La vue de côté laisse apparaître un rectangle.

Score 2

La peau couvrant la protubérance diagonale de la vertèbre lombaire est enfoncée. Le pli de peau partant de la hanche est dirigé vers l’avant, vers la côte. Le creux de la panse derrière la côte est aussi large que la main. La vue de côté laisse apparaître un triangle.

Score 3

La peau couvrant la protubérance diagonale de la vertèbre lombaire commence par descendre verticalement puis se courbe vers l’extérieur. La hanche n’est pas visible, mais le creux de la panse derrière la côte est visible.

Score 4

La peau couvrant la protubérance diagonale de la vertèbre lombaire est directement courbée vers l’extérieur. Le creux de la panse derrière la côte est invisible.

Score 5

La protubérance diagonale de la vertèbre lombaire est invisible, la panse étant bien remplie. La peau du ventre est bien étirée. On ne voit pas de transition entre le côté et les côtes.

* Voir notre page de référence

BCS Cowdition App

Privacy Statement BCS Cowdition App

BCS Cowdition Media Library

1

Ketosis Media Library

2

Tools

3

For experts